Au premier niveau, il y a la machine ciselée, celle qui se bonifie progressivement et se verra un jour couronnée par le guide rouge. Et puis, à l’étage, il y a la table bis dotée d’une bonne quarantaine de couverts, plus démocratique : la Brasserie du Corton, clin d’œil à l’anse du même nom qui fait face aux mangeurs. Décor de rêve oblige, Dimitri et Marielle Droisneau auraient pu envoyer n’importe quelles assiettes, le carnet de réservation aurait été noirci.

Honnête et bosseur, le couple a fait mieux avec une cuisine métissée et très soignée (tartare de bœuf et huître, tataki de thon et rouleau de légumes à la citronnelle, piccata de lotte, Saint-Pierre aux épices tandoori, pavé de rumsteak et risotto primavera), des produits pas négligés (asperges du du maraîcher Sylvain Erhardt, huîtres de l’ostréiculteur Pascal Migliore), une carte des vins accessible (entre 20 et 40 euros la bouteille) sans oublier les excellent desserts (baba au rhum, tarte au citron, verre chocolaté) du chef pâtissier Florian Grad, jeune Alsacien brillant.

En bref, une adresse désirable qui se place de facto comme l’un des meilleurs seconds couteaux de restaurants étoilés à l’image du Jardin des Crayères à Reims. Menu déjeuner à 32 euros qui change chaque semaine (tartare de pêche au yuzu, plancha de cochon et tarte à la rhubarbe lors de notre passage). Tarifs à la carte plus élevés (nous sommes en territoire cassidain) : 48-60 euros.


Pratique

La Brasserie du Corton – Avenue du Revestel, 13260 Cassis – lavillamadie.com


Ezéchiel Zérah / ©La Villa Madie


A lire également 

La Villa Madie : la maison qui tient tête à la Méditerranée 

Identité, formation, douceur en cuisine, Bernard Pacaud… Grand entretien avec Dimitri Droisneau (La Villa Madie – Cassis)